L’eschatologie, du grec « eschatos », « dernier », est le discours sur la fin des temps : fin du Monde ou fin de l’individu.

On distingue l’eschatologie cosmique, relative à la fin des temps et l’eschatologie individuelle qui traite de la vie après la mort.

C’est cette dernière que nous abordons, au travers de témoignages d’expérienceurs :

Alain Guillo

Un témoignage d’Alain Guillo :

Alain Guillo, un journaliste qui fut détenu durant de longs mois en Afghanistan, y a vécu des états de conscience qui le mirent en contact avec des esprits de lumière.  Evoquant le destin ultime de chacun, il demande : « …une âme ou un ego démoli, ça se répare ? »

Esprit : « Dans certains cas, mais ça prend du temps, nous avons des spécialistes ici. Pour la reconstruire, il faut l’aider à franchir les étapes qui lui manquent. C’est pour ça que la réincarnation existe.

Dans d’autres cas, c’est irréparable, l’âme ne s’est jamais développée ou si mal qu’elle rejoint un « centre d’énergie » d’où sont issues les âmes neuves.

Les chrétiens appellent ça les limbes. Toute âme qu’elle soit, est une source d’énergie, nous ne gaspillons rien. »

« …Et pour répondre à la question que tu vas formuler, cette âme démolie rejoint le centre d’énergie naturellement, sans contrainte, presque volontairement, si elle était capable d’émettre une volonté. » (1)

.

Dissolution des âmes

Les expérienceurs et écrivains, Anne Givaudan et Daniel Meurois, rapportent l’enseignement d’un être de lumière :

« Les âmes qui, à la fin de chaque période de l’humanité n’ont pu se défaire des appétits matériels se trouvent simplement dissoutes avec les mondes qui les ont abritées. Voilà le seul, l’unique châtiment qu’une âme puisse craindre, encore qu’il ne s’agisse pas d’un châtiment mais d’un anéantissement.

Rassure cependant les hommes car rares sont les entités qui ne parviennent jamais à s’élever. » (2)

.

Des âmes « irrécupérables »:

L’expérienceuse Jeanne Morrannier (décédée en 1996), communiquant avec son père et son fils décédés, aborde la question de la disparition définitive d’âme « irrécupérables » :

« Mon père : …Il y a même beaucoup de pertes en cours de route. Il en est qui disparaissent et que l’on ne revoit jamais. Nous avons beaucoup de chance ; toute notre famille, sans exception, sera sauvée…de la désintégration.

Moi : Il doit alors s’agir de cas extrêmes, d’êtres vraiment abominables.

Georges (son fils décédé) : Oui, nous en récupérons le plus possible ; cela fait partie de notre travail. Il en reste cependant qui sont irrécupérables. » (3)

.

Howard Storm

Howard Storm, une possible annihilation

Howard Storm, un américain qui vécut une longue NDE en juin 1985, alors qu’il se trouvait dans un hôpital parisien. Il rapporte dans son livre l’enseignement qu’il aurait reçu d’un être de lumière, dans lequel il voit Dieu selon le christianisme. Il évoque l’enfer et une possibilité d’annihilation :

«Pour quelques personnes, cela peut culminer dans l’annihilation ultime de leur être, si après avoir existé dans cette éternité ils ne veulent toujours pas chercher la voie qui les ramènerait à Dieu. Pour d’autres, il y a la possibilité du salut » (4)

.

(1) Alain Guillo  « Un grain dans la machine »  (page 189)

(2) Anne Givaudan et Daniel Meurois  «Récits d’un voyageur de l’astral »  (page 163) 

(3) Jeanne Morrannier  « Au seuil de la vérité » (page 66)

(4)  Howard Storm  « Voir Paris et mourir »  Editions Jardin des livres  (pages 60/61)